Je suis une extraterrestre

Hier, après plusieurs jours difficiles, mon énergie était au plus bas, comme ça peut nous arriver à tous. Et comme parfois, dans ces moments-là, prise de doute, j’entame, le temps d’une soirée, une grosse remise en question : Mais après tout, pourquoi je fais tout ça ? Quand je me rends dans certaines entreprises, ou quand j’entends certaines personnes parler du monde professionnel, j’ai l’impression d’être une extraterrestre. Alors pourquoi continuer à vouloir aider les entreprises à mettre en place des pratiques de bienveillance et de partage ? Pourquoi continuer à aider chaque personne qui le souhaite à trouver sa place dans ce monde professionnel ?

Et là, en ouvrant mes mails, je reçois ce message de l’Univers :

“Je suis ici pour apporter plus d’amour dans le monde”

Ca m’a fait rire. Je me suis dit que je devais donc être une extraterrestre venue sur Terre pour apporter plus d’amour dans le monde professionnel. Et de là, continuant sur la lancée de mon délire, le temps d’un voyage en train, j’ai écrit ça :

“Je suis une extraterrestre. Dans mon monde à moi, les gens s’aiment. Oh, pas tous de la même manière, ne vous méprenez pas, on ne vit pas au pays des “Bisounours” comme vous dites ici. Mais on s’aime. Il y a des personnes qu’on aime beaucoup, des personnes qu’on aime énormément… et puis des personnes qu’on aime sans plus. Mais celles-là, on s’arrange seulement pour ne pas vivre avec, c’est tout.

Sur ma planète à moi, on sait qu’on ne peut pas aimer tout le monde de la même façon. Mais ça veut pas dire qu’on veut du mal aux personnes qu’on aime moins. C’est seulement qu’on a moins d’affinité avec elles. Alors on se contente d’aller vers les personnes avec qui on a plus d’affinités.

Sur ma planète, nous avons chacun des tâches à accomplir pour que notre Socitété puisse fonctionner. C’est ce que chez vous, vous appelez le “travail”, je crois.

Si mon travail est de nettoyer les espaces publics par exemple, toutes les personnes qui me croisent m’adressent un grand sourire car elles me sont reconnaissantes de faire ce nettoyage à leur place et de permettre ainsi à chacun de circuler dans un espace propre. Pour ma part, je suis contente et je souris quand je les recroise à l’hôpital, là où elles travaillent, car je me dis que j’ai de la chance que des personnes compétentes et motivées s’occupent de moi quand mon corps me lâche et que je me sens démunie.

Sur ma planète, parfois, plusieurs personnes se regroupent pour réussir à mieux faire une activité. C’est ce que vous appelez, il me semble, une “entreprise”. Chaque jour, nous voyons ensemble comment faire avancer notre entreprise pour accomplir son but.

Tout ceci se fait avec un seul et même liant : l’Amour.

Un jour, je suis venue sur votre Terre pour vous montrer que le monde professionnel aussi, peut être basé sur l’Amour. C’est un peu fou, oui, je sais. Mais si ça marche sur ma planète, pourquoi ça ne marcherait pas chez vous ?

Quand je suis arrivée sur votre planète, j’avais tout oublié de là où je venais.

Alors, au début, j’ai appliqué ce qu’on m’avait dit de faire depuis que j’étais toute petite : j’ai fait des études pour trouver du travail. Ah, cette peur de ne pas avoir de travail ! Déjà, si celle-ci pouvait vous quitter, quel gain vous feriez !

Vous allez me dire : oui, mais si on n’a pas de travail, on n’a pas d’argent pour vivre.

D’abord, il existe des gens qui n’ont pas d’argent (ou alors très très peu, bien moins que ce que vous ou moi dépensons chaque jour), et qui vivent quand même !

En fait, avoir un cœur qui fonctionne correctement, des poumons, etc, ça, oui, ça nous permet de vivre. Mais l’argent, non. Vous savez quoi ? Quand on nous retire l’argent, nous continuons quand même à respirer, notre cœur continue de battre. Bref, nous continuons à vivre.

Donc, au départ, je suis devenue ingénieur en informatique, j’ai trouvé rapidement du travail et je gagnais correctement ma vie (sic). En fait, je gagnais ma vie à la perdre.

Je n’ai rien contre les personnes qui travaillent dans l’informatique (quelque soit le domaine exact), c’est juste que ce n’est pas mon truc. Du coup, j’avais beau me répéter que je faisais ça seulement pour gagner de l’argent, ça ne marchait pas.

Et puis un jour, coup de massue ! J’apprends que je suis atteinte d’un cancer.

Forcément, ça fait un choc énorme. J’ai commencé par me demander combien de jours il me restait à vivre. Et puis j’ai du enchaîner par la chimiothérapie, la radiothérapie… Bref, de longs mois compliqués. Et puis enfin, heureusement, la rémission.

Et bien, vous me croirez ou non, mais cette maladie a été la plus grande chance de ma vie !

C’est là que je me suis souvenue que la vraie vie, ce n’est pas ça. C’est là que je me suis souvenue de la planète d’où je viens.

Je me suis souvenue que la seule chose importante, c’est cet amour que l’on partage avec les personnes avec qui on a des affinités. Le reste n’a pas d’importance.

Et certes, c’est normal que l’on donne un coup de main à la bonne marche de la Société en faisant ce que vous appelez un “travail”, mais trouvez quelquechose que vous aimez, quelquechose qui vous fait vibrer ! Qui vous donne vraiment envie de vous lever le matin !

L’important, ce n’est pas de gagner de l’argent. L’important, c’est de trouver votre véritable place. Celle dans laquelle vous allez vous épanouir. Dans laquelle vous allez rayonner. Et alors, l’argent dont vous avez besoin viendra. Mais le plus important, c’est que vous vous sentiez bien, que vous soyez en phase avec vous mêmes ! Parce que c’est bon pour vous, et c’est bon pour toutes les personnes qui vous entourent.

A partir du moment où on se sent bien dans ce que l’on fait, on rayonne sur les personnes de notre entourage, et alors, on leur permet à elles aussi de se sentir mieux. En plus, c’est contagieux ! Ca leur donne l’idée de faire pareil. Et c’est comme ça que, petit à petit, on aide le monde à aller mieux.

Depuis que je vous observe dans votre monde professionnel, il y a un truc que je ne comprends pas : c’est pourquoi, dans certaines entreprises (pas toutes, heureusement, il y en a qui commencent à comprendre). Pourquoi vous vous entêtez à cultiver les egos, le pouvoir, la culture du secret… On a tellement plus envie de donner le meilleur de soi-même quand on est dans un groupe de partage, dans lequel on se sent considéré, reconnu, où l’on est attentif les uns aux autres.

Il y a un autre truc que je ne comprends pas, c’est que ce n’est jamais de votre faute. C’est de la faute de l’autre. Est-ce que vous vous êtes déjà demandé : Et si on arrêtait de se demander “à qui la faute” ? Et si on se contentait juste de se demander “qu’est-ce que je peux faire, moi, à mon niveau ?“.

Vous savez, quand je suis devenue Maman, une amie m’a offert un livre : Transmettre l’amour, de Paul Lemoine. Ce livre porte le plus merveilleux message que peut porter un livre sur l’éducation des enfants. Il donne une seule règle : Pour savoir éduquer votre enfant, il suffit de l’aimer. Car quand on aime vraiment fort son enfant, et qu’on fait confiance à cet amour, alors, en toute circonstance, on sait toujours quoi faire. En clair, la seule bonne réponse, c’est l’Amour.

Alors, pourquoi chercher autre chose ?

Et bien, pour le monde du travail, c’est pareil !

Pourquoi s’entêter à accepter de rester dans un environnement qui vous broie ?

Et si vous vous accordiez plus d’Amour ?”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *